Enlèvement d’Eya : la petite fille retrouvée au Danemark avec son père et le complice de ce dernier

La petite fille de 10 ans enlevée jeudi à Fontaine en Isère a été retrouvée au Danemark. Son père et le complice de ce dernier ont été interpellés, a annoncé le procureur de la République de Grenoble.

Un mandat d'arrêt européen avait été émis contre le père de la fillette et son complice.
Un mandat d’arrêt européen avait été émis contre le père de la fillette et son complice. © Radio France – Jules Hauss

Eya, enlevée jeudi matin devant son école de Fontaine en Isère, a été retrouvée. Le père de la petite fille et son complice ont été interpellés au Danemark, a annoncé ce vendredi le procureur de la République de Grenoble. “La maman d’Eya a pu joindre sa fille par téléphone via le consulat danois. La jeune fille va aussi bien que possible après de tels événements“, a relaté Éric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble, ce vendredi.

Un peu plus tôt, le magistrat avait indiqué que deux mandats d’arrêt européens avaient été émis contre le père d’Eya, 53 ans, et son complice, pour l’enlèvement de la fillette de 10 ans.

Le soulagement des proches d’Eya

Les proches d’Eya se disent “soulagés” après qu’elle ait été retrouvée ce vendredi. “Sa mamie a commencé à pleurer parce qu’elle était très contente et soulagée parce que ça fait presque deux jours qu’on attend, raconte Dounia, sa tante, à France Bleu Isère. On a passé deux jours horribles, on avait plus de vie, on ne pouvait plus parler, on ne pouvait plus manger, on ne pouvait plus dormir. On pensait qu’à ça du matin au soir.”

Ça enlève un poids et du stress à bon nombre de Fontainois et on pense énormément à la maman“, réagit de son côté le maire de Fontaine, Franck Longo. “On pense énormément à la maman, elle a dû vivre un moment extrêmement difficile. Heureusement, il a été finalement assez court, même si, pour elle, ç’a dû être terrible. Mais on a réussi à pouvoir la localiser et récupérer Eya donc c’est un vrai soulagement pour eux, et pour tous les Fontainois“, estime l’édile.

Maintenant, se pose la question de la suite : “Comment elle est ? Est-ce qu’elle va bien ? Est-ce qu’elle ne va pas bien ? Qu’est-ce que son père lui a fait pendant deux jours ?“, questionne sa tante, Dounia. “Comment elle va agir avec sa maman ou avec moi, sa tante, avec sa famille, ses amis de l’école ?“, poursuit-elle. De son côté, Franck Longo attend “de savoir quand elle pourra revenir sur la commune et bien sûr dans son école. Et à ce moment-là, je sais que les équipes enseignantes, la ville, on sera bien sûr là pour l’accueillir avec un énorme soulagement et un immense plaisir”, estime le maire de Fontaine.

Kidnappée sous les yeux de sa mère

Jeudi matin, vers 8h30, Eya et sa maman se rendaient à pied à l’école de la fillette, à Fontaine, une commune calme de l’agglomération de Grenoble, lorsque deux hommes avaient surgi, l’un d’eux attrapant l’enfant par les cheveux avant de la jeter sur la banquette arrière de leur voiture. Malgré le gaz lacrymogène qu’ils lui projettent au visage, la maman reconnait le père de l’enfant et donne l’alerte.

Quelques heures après la disparition d’Eya, l’alerte enlèvement avait été déclenchée et relayée en masse dans les médias, avant d’être levée vendredi matin. Le procureur de Grenoble avait alors annoncé que selon “les éléments en notre possession”, le père, son complice et l’enfant se trouvaient à l’étranger. “Les pays de destination possibles sont évidemment la Suède et la Tunisie”, avait-il ajouté, ces deux pays correspondant à la double nationalité du père.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *