Pierre Palmade : cette somme généreuse qu’il touche tous les mois depuis l’accident

Après le tragique accident de voiture survenu le 10 février dernier, Pierre Palmade avait été interrogé près de trois heures. Dans les colonnes du Parisien, on apprend que l’humoriste touche une généreuse somme.

Le terrible drame que Pierre Palmade a provoqué alors qu’il était sous l’emprise de stupéfiants, le 10 février dernier, avait fait trois victimes, dont un enfant et une femme enceinte de 6 mois qui a finalement perdu son bébé. Dans ses colonnes, Le Parisien, révèle ce que l’humoriste a dit lors de son interrogatoire le 26 septembre dernier.

Une somme généreuse

Pendant le long interrogatoire, Pierre Palmade affirme avoir conscience que son image a pris un coup, que ce soit auprès de ses proches ou de son public. “Je n’aime qu’une seule chose dans ma vie d’artiste, écrire et jouer des comédies et aujourd’hui, je ne suis pas sûr de pouvoir recommencer ce métier. Je me pose des questions sur l’avenir et l’appréhension terrifiante du procès qui m’attend”, a-t-il déclaré, comme le rapport Le Parisien.

Toutefois, actuellement sans emploi, Pierre Palmadetouche 7 000 euros nets mensuels. Une très belle somme que l’humoriste perçoit grâce aux “diverses assurances liées à son AVC et les droits d’auteur”.

“J’étais tombé très profond dans la drogue”

Lors de l’accident, Pierre Palmade était sous l’emprise de stupéfiants. Il a désormais l’obligation de se soigner dans le cadre de son contrôle judiciaire. Ainsi, Le Parisien révèle que l’humoriste suit une thérapie à Bordeaux, là où réside une de ses sœurs.

“Je me rends compte que [la thérapie] est nécessaire parce que j’étais tombé très profond dans la drogue, dans la toxicomanie lourde”, explique Pierre Palmade. “Si je suis dans un contexte particulier favorable à la consommation, cela peut être très dur de résister. L’idée est de ne pas me mettre dans de telles situations où on peut avoir un craving, par exemple [regarder] un film qui parle de drogue. Il faut trouver une stratégie, appeler un ami, appeler son parrain, des Narcotiques anonymes, changer de film, écrire. C’est la bête noire du dépendant.”

Source utilisée :Le Parisien

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *