EN IMAGES – Coupe du monde de rugby : “Ça nous fait mal au cœur”, les réactions des joueurs du XV de France

C’était “la compétition d’une vie”, a réagi François Cros après la défaite du XV de France en quart de finale de la Coupe du monde de rugby. “Ça va être dur à accepter”, s’est désolé Matthieu Jalibert. À l’image de leurs supporters, les Bleus avaient le cœur lourd dimanche soir.

Après la cruelle défaite des Bleus en quart de finale de “leur” Coupe du monde de rugby dimanche soir contre l’Afrique du Sud (29-28), les joueurs du XV de France ont fait part de leur tristesse ou de leur frustration.

Antoine Dupont

En conférence de presse d’après-match, le capitaine du XV de France Antoine Dupont, qui avait réussi le pari fou de revenir sur le terrain trois semaines après sa fracture à la mâchoire, est apparu le visage fermé, la pommette rougie. “Il y a beaucoup de déception, de frustration, a-t-il commencé, avant de fustiger l’arbitrage du match.

“Il y a des choses claires et évidentes qui sont faciles à siffler et qui ne l’ont pas été. Je ne sais pas si le match se perd à ce moment-là, mais, dans les moments cruciaux, on aurait pu avoir une pénalité : quand on a une avancée de 60 mètres et qu’on ralentit un ruck… Je n’ai pas envie de faire l’aigri qui râle sur l’arbitre parce qu’il a perdu le match, mais je ne suis pas sûr que l’arbitrage ait été au niveau de l’enjeu aujourd’hui”.

“Ça n’enlève rien à la prestation des Sud-Africains, qui ont fait preuve d’expérience, qui nous ont dominés dans le combat. Ils ont fait un grand match”, a conclu le demi de mêlée.

Antoine Dupont, dépité après le coup de sifflet final.
Antoine Dupont, dépité après le coup de sifflet final. © AFP – Jean CATUFFE

Charles Ollivon

“C’est dur ce soir”, a reconnu Charles Ollivon, au micro de TF1. Perdre d’un point, “c’est dur”. À 30 ans, le “Grand Charles” pourra-t-il jouer quatre années de plus et une Coupe du monde supplémentaire ? “Ça fait mal pour les gens, ce n’est pas tellement pour nous, mais pour tout le soutien qu’on a eu depuis quelque temps. Ça nous fait mal au cœur”, a affirmé le troisième ligne aile du XV de France.

“(Dans les vestiaires) Fabien (Galthié) a pris la parole, et après le président de la République, pour remercier tout le monde de l’investissement, autant le staff que les joueurs, et essayer de ne pas ruminer, parce qu’il y a quand même eu de l’engagement”, a expliqué Ollivon. “Pendant les quarante premières minutes, on a beaucoup envoyé, on n’était pas trop usés physiquement et au final, on perd d’un point…”.

Charles Ollivon, sonné après la défaite du XV de France.
Charles Ollivon, sonné après la défaite du XV de France. © AFP – Franck FIFE

Matthieu Jalibert

“Ce qui nous rend le plus triste, c’est que ce soir, on n’a pas été capables de rendre (les supporters) fiers et heureux”, s’est ému Matthieu Jalibert, ajoutant que “ça va être dur à accepter”.

“Il y avait vraiment la place, c’était un beau match de rugby entre deux belles équipes qui se sont rendu coup pour coup. On a eu des moments où on aurait pu scorer en seconde mi-temps, prendre le large, on n’a pas su le faire. Il faut aussi féliciter les Boks qui, dans un contexte difficile, ont résisté à nos assauts et ont scoré quand ils ont pu le faire”, a reconnu le demi d’ouverture.

“Donc aujourd’hui, il y a beaucoup de déception, de frustration. Quand on voit l’ambiance qu’il y a eu encore, oui, on est déçus. Ce qui nous rend le plus triste, c’est que ce soir, on n’a pas été capables de les rendre fiers et heureux. On peut essayer de trouver du positif en disant qu’il y a pas mal de joueurs jeunes, une belle génération, mais la vérité, c’est qu’aujourd’hui, on a échoué en quart de finale de notre Coupe du monde et ça va être dur à accepter”, a-t-il conclu.

Jonathan Danty

“Déception” et “frustration” sont aussi les mots revenus dans la bouche de Jonathan Danty, le centre de l’équipe de France. “On savait qu’il y avait des chances qu’on perde ce match, c’est arrivé. C’est dur”.

Le Rochelais, violemment heurté à la tête par le troisième-ligne sud-africain Pieter-Steph du Toit, à la 17e minute du match, est également revenu sur l’arbitrage, qu’il a jugé à tout le moins “un peu délicat” : “Il y a eu des décisions particulières, avec des images coupées. Avant ça, par exemple”, a-t-il souligné en montrant le coquard sous son œil. “L’arbitre passe vite à autre chose”.

“J’ai vécu la même action qu’à Marseille”, rappelle-t-il. Le 12 novembre dernier, il était sorti à 13e minute du test-match remporté par les Bleus 30-26 face aux Springboks, victime d’une fracture du plancher orbital après un plaquage du même Pieter-Steph du Toit, sanctionné d’un carton rouge à l’époque.

“Les zones de rucks ne sont pas très propres, on a vraiment eu du mal à libérer le ballon et avoir des soutiens efficaces”, analyse également le Rochelais, pointant le fait que, régulièrement, “le plaqueur traînait dans la zone”.

“Il y a eu des situations assez flagrantes sur le terrain et qui ne semblaient pas l’être pour le corps arbitral. L’erreur est humaine malheureusement”. Mais “même s’il y a des décisions qui sont litigieuses”, “ce serait trop facile de mettre la défaite sur l’arbitrage”. “Ce n’est pas l’arbitrage qui nous a fait perdre, ce sont les 14 points qu’on donne aux Sud-Africains”, tranche-t-il.

Pour Danty, "ce n'est pas l'arbitrage qui nous fait perdre".
Pour Danty, “ce n’est pas l’arbitrage qui nous fait perdre”. © AFP – Emmanuel Dunand

Thomas Ramos

“C’est forcément cruel. On est forcément très déçus et très abattus ce soir, mais voilà, c’est le sport”, a tenté de relativiser l’arrière Thomas Ramos, malgré ses yeux rougis au moment du coup de sifflet final. “On a fait de bonnes choses sur ce match, mais ça n’a pas suffi. C’est une grosse équipe, on le savait. Ils nous ont embêtés dans toutes les zones de combat, dans tous les rucks. Notre charnière n’a pas eu énormément de ballons propres parce qu’ils mettaient les mains à chaque fois, donc c’était compliqué. Ce soir, c’est dur. Je ne sais pas si on a perdu contre plus fort que nous, mais on a perdu, voilà”.

"C'est cruel", a réagi Thomas Ramos.
“C’est cruel”, a réagi Thomas Ramos. © AFP – Anne-Christine POUJOULAT

Grégory Alldritt

“Il va falloir un peu de temps” pour “digérer”, a fait valoir Grégory Alldritt. “C’est dur, c’est très dur”, a aussi affirmé le troisième-ligne. “Qu’est-ce qu’il a manqué ? Je pense qu’il y a des petites erreurs, des petits faits de jeu qu’on paie cash face à ce genre d’équipes, face à ce genre de joueurs. Quand on perd, il y a toujours de la frustration. Les essais qu’ils marquent, ce sont des petites erreurs qui arrivent.”

Après le match, Grégory Alldritt, lui, n’avait “pas envie de parler de l’arbitrage” ni de “de garder ce souvenir de cette Coupe du monde. J’ai envie de garder en tête qu’on a passé trois mois magnifiques avec un public génial”.

"Il va falloir un peu de temps" pour "digérer", selon Greg Alldritt.
“Il va falloir un peu de temps” pour “digérer”, selon Greg Alldritt. © Maxppp – Yoan VALAT

François Cros

“Je n’ai même pas les mots”, a réagi François Cros, en larmes après le coup de sifflet final“C’est la compétition d’une vie, une Coupe du monde en France, on n’en rejouera plus et c’est dommage de finir comme ça”.

“Bien sûr qu’on est triste avec ce résultat, ce scénario qui est cruel, a estimé le troisième-ligne de l’équipe de France. C’est dommage pour nous, pour le groupe, pour l’événement, le public qui nous suit, c’est très très dur ce soir. On n’a rien lâché tout le match, on avait mis pourtant les ingrédients, mais c’est vrai qu’on a encaissé les points trop facilement, et, chose compliquée, cette dernière action où on fait les efforts et où on n’est pas récompensés. C’est cruel. Toujours est-il qu’on peut trouver les explications qu’on veut, c’est terminé et l’aventure s’arrête là pour nous. C’est dommage pour ce groupe qui méritait d’aller plus loin”. C’est la compétition d’une vie, une Coupe du monde en France, on n’en rejouera plus et c’est dommage de finir comme ça”.

"C'est la compétition d'une vie, une Coupe du monde en France, on n'en rejouera plus".
“C’est la compétition d’une vie, une Coupe du monde en France, on n’en rejouera plus”. © AFP – Franck FIFE

Peato Mauvaka

“On remercie tous ceux qui nous ont soutenus, toute la France, tous les supporters”, a dit le talonneur des Bleus. “Je suis triste, dégoûté de finir maintenant, après tout le travail qu’on a fait ces quatre années. Perdre comme ça, c’est dur à digérer. Il manquait un point. On a fait tout ce qu’il fallait, ils méritaient leur victoire. Sur les rucks, ils entraient sur les côtés ou ne sortaient pas du plaquage… On aurait pensé avoir plusieurs pénalités pour nous, ça n’a pas été le cas. C’est dur, c’est frustrant.”

Peato Mauvaka veut remercier "tous les supporters".
Peato Mauvaka veut remercier “tous les supporters”. © AFP – Franck FIFE

Cameron Woki

“Le réveil est difficile après avoir vécu un rêve incroyable ces derniers mois”, écrit Cameron Woki sur ses réseaux sociaux ce lundi. “Un rêve qui a commencé quand on était gamins sur les terrains de rugby et où a germé cet amour pour l’équipe de France. Cette aventure a été incroyable, avec un groupe et un staff fantastiques et surtout grâce à vous et votre soutien indéfectible. Aujourd’hui la déception est immense, mais elle n’entamera pas notre détermination à repartir au combat et continuer à honorer ce maillot”.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cameron Woki (@cameronwoki)

“On peut être fiers”, assure Fabien Galthié

Malgré la cruelle défaite, le XV de France “peut être fier”, a estimé le sélectionneur Fabien Galthié, ajoutant qu’on avait le “droit de perdre un match” comme celui-ci. “Je pense à nos supporters, à nos familles, aux gens qui nous accompagnent… tous les gens autour de nous, au staff, aux joueurs, au groupe France qui doit être courageux. (…) On peut être fier. On est tristes ce soir. Bravo aux Sud-Africains, on espère qu’ils vont continuer leur route. On a le droit de perdre un match comme aujourd’hui. On a tout mis en œuvre pour optimiser notre potentiel”.

Au lendemain de l’élimination du XV de France, le président de la Fédération française de rugby lui a renouvelé sa confiance. Il est “la bonne personne pour les années à venir”, a déclaré lundi Florian Grill à l’AFP. “Ce n’est pas le résultat d’un soir qui doit efface quatre années exceptionnelles”.

En revanche, “il y a deux joueurs qui arrêtent, ça c’est sûr : Uino Atonio et Romain Taofifenua, qui nous ont annoncés qu’il arrêtaient”, a indiqué le sélectionneur lors de la conférence de presse d’après-match.

Fabien Galthié tente de réconforter son capitaine Antoine Dupont après le coup de sifflet final.
Damian Penaud cherchant du réconfort auprès de sa compagne.
Romain Taofifenua, comme Uini Atonio, ont annoncé leur retraite internationale.
Cyril Baille cherchant du réconfort auprès de ses proches.
Antoine Dupont après le coup de sifflet final.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *