Affaire Palmade : le bébé tué dans l’accident est considéré comme mort avant l’accouchement

Ce jeudi 21 septembre 2023, Le Parisien a dévoilé qu’une nouvelle expertise médicale réalisée sur le bébé de la victime de l’accident provoqué par Pierre Palmade, pourrait tout faire basculer.

Un véritable drame. Le 10 février 2023, Pierre Palmade a provoqué un accident meurtrier sur une route de Seine-et-Marne. L’humoriste était au volant de sa voiture, sous l’emprise de cocaïne et de médicaments, lorsqu’il est entré en collision avec un autre véhicule arrivant en face. Trois personnes ont vu leur vie basculer : un petit garçon de six ans a des séquelles très lourdes, son papa de 38 ans a passé des mois hospitalisé, quant à la troisième victime, enceinte de sept mois, elle a perdu son bébé.

Le bébé serait mort “d’une hémorragie liée à l’accident”

“La maman est dévastée physiquement, elle s’attendait à mettre au monde sa fille (qui devait naître le 14 mai) qu’elle aime plus que tout. C’était leur premier enfant avec son mari”, avait confié l’avocat des victimes, sur le plateau de Touche pas à mon poste. “À partir du moment où il a respiré, cela devient un être humain au sens pénal”, avait ajouté Gilles Verdez. En effet, une autopsiedevait être réalisée sur le nouveau-né pour déterminer si l’accident était la cause de sa mort. “Si l’enfant est né viable, il y aura la qualification d’homicide involontaire”, avait précisé Maître Mourad Battikh.

Mais ce jeudi 21 septembre 2023, Le Parisien a dévoilé qu’une nouvelle expertise réalisée par un collégial de médecins, et remise à la justice le 8 août dernier, pourrait tout faire basculer. En effet, selon l’autopsie réalisée par un médecin légiste, un pédiatre des hôpitaux et un médecin néonatalogue, le bébé n’a présenté aucun signe de vie à sa naissance.

“L’état clinique observé chez l’enfant immédiatement après son extraction du corps utérin maternel est clairement et indiscutablement celui d’un état de mort constituée : pas de réactivité motrice, pas de mouvement spontané réflexe de respiration”, ont-ils déclaré, comme le rapporte le journal.

La qualification pénale des charges pourrait évoluer

“Tous les arguments indiquent que Solin-Hazal (le bébé) a été victime d’une mort fœtale in utero dont la survenue peut être datée entre 21h50 et 22h10 soit au plus tard huit minutes après l’heure déclarée de la naissance”, ont-ils ajouté. Selon les trois experts, le bébé est mort d’une “une hémorragie”provoquée par l’accident.

Mais si les causes du décès sont directement liées à Pierre Palmade, le fait que le bébé ne soit pas “né vivant” pourrait faire basculer le chef d’accusation contre l’humoriste. En effet, la juge pourrait abandonner les charges “d’homicide involontaire”pour ne retenir que des “blessures involontaires”.

Source utilisée :

INFO LE PARISIEN

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *