Matthieu Lartot amputé d’une jambe, il se confie : “On n’est jamais totalement sorti d’affaire”

Dans une interview accordée à la station de radio FranceInfo, ce mercredi 30 août, Matthieu Lartot a donné de ses nouvelles après des mois de lutte contre le cancer et l’amputation de sa jambe droite.

Matthieu Lartot est prêt à revenir à l’antenne. Suite à la récidive de son cancer du genou et à l’amputation de sa jambe droite, le journaliste s’était absenté du petit écran. Dès le 10 septembre prochain, le journaliste sportif va reprendre du service pour l’ouverture de la Coupe du monde de rugby. Un retour très attendu pour Matthieu Lartot.

Bientôt de retour à l’antenne

“Je vais très bien, je galope même”, a d’abord déclaré tout sourire le journaliste face à Célyne Baÿt-Darcourt dans sa pastille Info médias sur FranceInfo. Concernant son retour à l’antenne, il s’est dit “très content” parce qu’il a tenu les promesses qu’il s’était faite à lui-même. “C’était un objectif, ça a été un moteur pour moi, pendant ma rééducation, d’essayer d’atteindre cet objectif. Je me suis préparé en parallèle de l’équipe de France”, a-t-il précisé.

Concernant son moral, Matthieu Lartot se sent “très bien”. Il s’est d’ailleurs montré extrêmement reconnaissant d’avoir eu la chance d’être aussi bien entouré par “sa famille, ses proches”. Il a aussi reçu énormément de soutien de la part du public et de nombreuses personnes lui ont écrit. Ce qui lui a donné l’énergie nécessaire pour affronter cette épreuve. Il a également souligné que sa femme était “extraordinaire”. “Elle a dû s’occuper des enfants, de s’occuper de pas mal de paperasse administrative aussi liée à mes soins. J’ai été entouré de manière remarquable”, a-t-il ajouté.

“Surveillé pendant 10 ans tous les 3 mois”

Même s’il va mieux, Matthieu Lartot a toutefois bien conscience que les choses peuvent encore basculer à tout moment. “Quand on est atteint d’un cancer, on est surveillé étroitementa-t-il expliqué. Moi, je vais être surveillé pendant 10 ans tous les 3 mois […] On a toujours cette petite épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je l’ai déjà vécu il y a 26 ans, j’avais passé ce cap des 5 ans et vous voyez, la récidive est intervenue 26 ans après. Donc, on n’est jamais totalement sorti d’affaire.”

Malgré tout, il faut, selon lui, “pouvoir mettre tout ça de côté” et “reprendre sa vie, qu’après la maladie, il y a la vie. Donc, il faut vivre”. Un témoignage optimiste, mais vigilant à la fois. En avril dernier, le journaliste avait rendu public la rechute de son cancer du genou, contracté à l’âge de 16 ans. Matthieu Lartot avait dû subir ensuite une chimiothérapie puis l’amputation de sa jambe droite. Il avait ensuite intégré un centre de rééducation pour réapprendre à marcher.

Source utilisée :France Info

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *