PORTRAIT – Michel restaure et collectionne des voitures anciennes d’exception

Michel est collectionneur de voitures anciennes à Tonneins, en Lot-et-Garonne. Passionné, il copréside le club des “Calandres tonneinquaises” et partage avec nous son histoire. Rencontre.

Michel Dumas, 76 ans, est un kinésithérapeute à la retraite, mais également un grand passionné des véhicules anciens. Cet habitant de Tonneins, en Lot-et-Garonne, est le cofondateur ainsi que le coprésident du club automobile “Les Calandres tonneinquaises”.

Michel compte actuellement dans sa collection plusieurs motos, mais surtout quatre voitures anciennes : une Buick Runabout de 1908, une Panhard & Levassor de 1926, une Citroën Traction 15 Six de 1950 et une MG A Roadster de 1960. Quatre voitures exceptionnelles qui malgré leur âge continuent à rouler.

“Il faut les faire rouler parce que si elles restent dans le garage, elles s’abîment.”

Michel avec sa Buick Runabout de 1908 et sa Panhard & Levassor de 1926
Michel avec sa Buick Runabout de 1908 et sa Panhard & Levassor de 1926 © Radio France – Yannick Boréan

Sa première voiture ancienne : une Traction 15 Six

Michel commence sa collection de voitures anciennes en 1975 avec l’acquisition d’une Citroën Traction 15 Six de 1950. Cette voiture lui rappelle des souvenirs d’enfance avec un voisin “qui nous emmenait en vacances à Royan dans cette voiture”. Mais ce qui lui plaît le plus dans ce modèle, c’est “le levier de vitesse sur le tableau de bord”.

En évoquant ses jeunes années, Michel se rappelle également que son frère Jacques avait acheté une traction à l’obtention de son permis de conduire. Tous deux étudiant à Bordeaux, son frère lui avait dit alors : “Tu devrais acheter une traction, comme ça, on fera les beaux à Bordeaux.”

Ainsi, le choix d’une Traction comme première voiture de collection semblait évident.

“J’aurais vraiment du mal à m’en séparer, d’abord parce que c’est ma première.”

La Citroën Traction 15 Six de 1950 de Michel Dumas
La Citroën Traction 15 Six de 1950 de Michel Dumas © Radio France – Yannick Boréan

De kiné à mécanicien

Michel a exercé comme kinésithérapeute à Tonneins, un métier bien loin de la mécanique et de la carrosserie. La restauration de sa Panhard & Levassor a sans doute été son plus grand challenge. Cette torpédo (automobile décapotable) de 1926 est arrivée depuis Toulouse dans “un sale état”. Tout est à restaurer : le tableau de bord, le cuir et les ressorts des sièges, la peinture… un chantier titanesque. Quatre ans et demi de travail ont été nécessaires pour qu’elle retrouve sa superbe d’antan.

“Certains prennent une certaine liberté, mais nous, on est puristes. Quand on refait quelque chose, on le refait comme il était d’origine.”

Michel et son album photo retraçant les étapes de la restauration de sa Panhard & Levassor de 1926
Michel et son album photo retraçant les étapes de la restauration de sa Panhard & Levassor de 1926 © Radio France – Yannick Boréan

Par exemple, pour retrouver la couleur d’origine de sa Panhard, il a pu s’aider en démontant le siège avant et en découvrant une partie qui “n’avait jamais vu le soleil”. La couleur ainsi révélée a pu être reproduite chez un carrossier.

“Il n’était pas question de la repeindre ou en bleu ou en ou en vert foncé, non !”

Pour apprendre et se faire aider, Michel est dans un club automobile, “Les Calandres tonneinquaises”. Club qui lui a permis de “découvrir les gens compétents dans certains domaines […] on regarde comment ils font et on essaie de faire la même chose”. Même si Michel “petit à petit sait faire pas mal de choses au point de vue mécanique”, il ne se considère pas comme mécanicien.

Les Calandres tonneinquaises

En 1982, Miche cofonde “Les Calandres tonneinquaises” avant de prendre la coprésidence il y a un peu plus de cinq ans. Le club automobile basé à Tonneins compte 160 membres et plus de 300 véhicules (voitures, motos, camions…). Les membres viennent de loin et peuvent être originaires des départements limitrophes.

“Je pense que dans le milieu de la voiture ancienne, on va trouver des passionnés qui vont vouloir se retrouver. Et le club, ça sert à ça.” – Patrick Quaranta, coprésident des “Calandres tonneinquaises”

Un camion ancien appartenant au club des "Calandres tonneinquaises"
Un camion ancien appartenant au club des “Calandres tonneinquaises” © Radio France – Yannick Boréan

Les membres du club se retrouvent avec leurs véhicules pour des rallyes, des voyages de plusieurs jours (Corse, Pays cathare…), des expositions, et même des concours d’élégance dont celui qui se tient tous les 15 août à Tonneins. Un événement où chaque propriétaire présente son véhicule en tenue d’époque.

Près de 50 ans après son premier achat, la passion de Michel pour les voitures anciennes est intacte et il ne s’interdit pas d’en acquérir une nouvelle :

“Vous savez, on n’est jamais comblé. Quand on a un beau véhicule et qu’on voit un participant à une manifestation ou à un rallye passer à côté de nous avec une très, très belle voiture et qui nous plaît, on essaie peut-être d’en trouver une.”

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *