Lot-et-Garonne : un enfant de 12 ans meurt dans un accident de minibus, quatre autres en urgence absolue

Un accident impliquant un minibus à Houeillès (Lot-et-Garonne) ce vendredi soir a provoqué la mort d’un enfant, ont annoncé les autorités ce samedi matin. Quatre autres enfants sont en urgence absolue. Le conducteur du véhicule, âgé de 26 ans, a été placé en garde à vue.

Dans le Lot-et-Garonne, un accident de minibus d’un centre de loisirs qui transportait sept enfants vendredi soir a provoqué la mort d’un enfant de 12 ans, ont annoncé les autorités ce samedi matin lors d’une conférence de presse. La victime a succombé à ses blessures dans la nuit “à l’hôpital de Bordeaux”, indique Florent Farge, le secrétaire général de la préfecture du département.

Quatre autres enfants sont toujours en urgence absolue. L’accident s’est produit sur la commune d’Houeillès. Les enfants, entre 11 et 13 ans, séjournaient dans un centre de vacances à Sauméjan, une commune près de Houeillès, et revenaient d’une activité aquatique quand l’accident est survenu.

Quatre enfants en urgence absolue

Deux autres victimes, entre 11 et 13 ans, sont toujours hospitalisées en urgence absolue à Bordeaux ce samedi matin Deux autres enfants blessés graves, initialement pris en charge à Agen, ont été transportés à l’hôpital de Toulouse. Deux autres en urgence relative sont hospitalisés à l’hôpital de Marmande. “Le minibus circulait sur une départementale, sur une ligne droite, et est sorti de sa trajectoire. Il a traversé la voie opposée pour venir percuter violemment un parapet en béton”, a précisé le secrétaire général de la préfecture du Lot-et-Garonne ce samedi. Une cellule d’urgence médico-psychologique a été ouverte. Le minibus accidenté était suivi d’un autre, transportant lui aussi des enfants de ce centre de vacances qui ont été témoins du drame.

La colonie de vacances compte au total une soixantaine d’enfants, originaires d’“un peu partout en France” d’après le procureur de la République d’Agen. Selon le cabinet de la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et du SNU, les enfants de ce centre sont âgés de huit à 14 ans et “la majorité” d’entre eux dépend de l’Aide sociale à l’enfance (ASE).

L’enfant décédé était rattaché à l’ASE de la Somme, a précisé le président du conseil départemental de la Somme. Certains de ces enfants en vacances sont originaires de l’Oise, mais ils ne font pas partie des victimes de l’accident, indique France Bleu Picardie ce samedi.

Le conducteur en garde à vue

Une enquête est ouverte pour homicide et blessures involontaires “qui auraient pu entrainer une incapacité de travail inférieure et supérieure à trois mois”, a indiqué le procureur de la République d’Agen. Le conducteur du minibus, un “chauffeur salarié”, est âgé de 26 ans, a précisé Olivier Naboulet. “Il est inconnu des services de police” a-t-il ajouté. Il a été placé en garde à vue une fois sorti de l’hôpital. Selon les premiers éléments de l’enquête, qui restent à confirmer, le chauffeur n’avait pas consommé d’alcool et les analyses concernant une éventuelle prise de produits stupéfiants sont toujours en cours, a déclaré le procureur de la République.

La gendarmerie et la brigade des recherches de Marmande (Lot-et-Garonne) sont en charge de l’enquête. “Les enquêteurs auront également à charge de tenter de savoir si le conducteur a eu une défaillance, a commis une erreur ou une faute de conduite, ou a rencontré un obstacle qui l’a fait dévier de sa trajectoire”, a souligné le procureur de la République d’Agen.

Une enquête administrative ouverte

La secrétaire d’Etat chargée de la jeunesse Prisca Thevenot a fait part vendredi soir de sa “vive émotion“. “Mes pensées vont aux enfants, leurs parents et aux services de l’État qui sont mobilisés“, a-t-elle ajouté sur le réseau X, ex-Twitter. Elle s’est rendue sur les lieux ce samedi après-midi accompagnée de la secrétaire d’État à l’Enfance Charlotte Caubel.

Selon Prisca Thévenot, les encadrants sont “sous le choc” mais “continuent à être responsables”. Sept animateurs sont arrivés en renfort samedi pour soulager les encadrants présents, a-t-elle précisé. Elle a également indiqué avoir “diligenté une enquête administrative” en plus de l’enquête judiciaire déjà en cours, car “l’enjeu est de faire toute la lumière sur ce drame absolu”.

Le ministre des Transports Clément Beaune a assuré samedi avoir mis en place “un dispositif via la SNCF” pour permettre à “tous les parents qui souhaitent retrouver leurs enfants qui sont en colonie, voire venir les récupérer”, d’“arriver rapidement et gratuitement sur place pour être aux côtés de leurs enfants”.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *