Quel est le pourcentage de Françaises qui pratiquent le plan à trois ?

Une enquête du fabricant de sextoys We-Vibe a révélé le pourcentage de Français et de Françaises pratiquant ou ayant déjà pratiqué le triolisme.

En matière de sexe, certains s’en tiennent au missionnaire quand d’autres se montrent beaucoup plus aventureux… Si le plan à trois relève du fantasme pour beaucoup, certains Français ont sauté le pas. C’est ce que révèle une enquête menée par le fabricant de sextoys We-Vibe, en 2020, reprise par NEON.

14 % des Françaises ont déjà fait un plan à trois

En effet, près d’un Français sur cinq (18 %) aurait déjà cédé aux sirènes du triolisme. Les hommes seraient plus nombreux (23 %) que les femmes (14 % seulement). Pas étonnant : la pratique est deuxième de nos fantasmes (29 %), juste derrière le sexe en extérieur (31 %) mais devant le fait d’avoir un rapport sexuel avec un inconnu (21 %).

31 % des sondés sont tentés par le plan à trois, mais un sur deux serait récalcitrant à cette idée. Pourquoi ? Tout simplement par jalousie, la plupart du temps : en couple, il est plus difficile d’accepter la présence d’une autre personne que son partenaire pendant les parties de jambes en l’air. Pire, la voir passer à l’action avec sa moitié est inimaginable pour bon nombre d’entre nous.

La jalousie et les complexes comme freins principaux au plan à trois

Les Français interrogés sont ainsi 49 % à évoquer la jalousie comme raison de ne pas sauter le pas. Ce refus peut être aussi lié à des complexes, à un manque de confiance en soi et à notre tendance à toujours nous comparer aux autres : la peur que son partenaire trouve le ou la troisième participant.e plus attirant·e que soi (41 %) arrive en deuxième position. Enfin la crainte qu’il développe des sentiments pour l’invité·e est présente sur la dernière marche du podium (32 %).

Cette enquête a été réalisée par questionnaire auto-administré en ligne, auprès d’un échantillon de 9 000 personnes, dans 9 pays différents (dont plus de 1 000 en France). Elle révèle également que certains de nos voisins sont plus ouverts sur la question, comme les Allemands ou les Britanniques. Alors, frileuses les Françaises ?

 

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *