Incendie mortel à Grasse : le suspect reconnait les faits

Deux jours après l’incendie qui s’est produit à Grasse (Alpes-Maritimes) causant la mort de trois personnes, le suspect a finalement reconnu les faits.

Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 août, un incendie s’est déclenché dans un immeuble de cinq étages dans le centre historique de Grasse (Alpes-Maritimes). Le feu, qui a démarré dans la cage d’escalier, s’est alors propagé dans le reste du bâtiment. Deux femmes et un homme sont décédés, et trois personnes ont été grièvement blessées, “dont une demeure toujours en urgence vitale“, indiquait le parquet ce lundi 14 août 2023, ajoutant que “treize personnes ont été brièvement hospitalisées consécutivement à l’inhalation de fumées“.

Le suspect interpellé

Dans la même journée, un homme de 47 ans, sans antécédents judiciaires” a été placé en garde à vue. Il niait “toute implication dans la survenance des faits“, a indiqué le procureur de la République de Grasse, Damien Savarzeix. Le suspect avait été interpellé dimanche soir, après que “l’exploitation de la vidéoprotection de la ville” a permis de repérer “un individu quittant l’immeuble deux minutes avant que les caméras ne détectent un début d’incendie“.

L’homme de 47 ans a finalement reconnu les faits ce mardi 15 août 2023. S’il est à l’origine de l’incendie, il affirme cependant que celui-ci n’était pas volontaire. L’incident aurait été causé par le “jet d’une cigarette non éteinte dans le couloir d’entrée de l’immeuble“. “L’examen psychiatrique pratiqué au cours de la garde à vue conclut, à ce stade, à l’entière responsabilité pénale de la personne mise en cause“, a indiqué le parquet.

Une information judiciaire est en cours

Le suspect va donc faire l’objet “d’une information judiciaire des chefs de dégradations volontaires par incendie ayant entraîné la mort, dégradations volontaires par incendie ayant entraîné une infirmité permanente, dégradations volontaires par incendie ayant entraîné une interruption totale de travail supérieure à huit jours, et dégradations volontaires par incendie.“, précise Le Parisien.

Source : Le Parisien

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *