En Mayenne, une vétérinaire soigne les animaux des plus démunis pour trois fois rien

Madeleine Delcourt, vétérinaire mayennaise, soigne les chiens, les chats et les lapins en ne faisant payer qu’un tiers des frais, si la personne est en difficulté financière. En Mayenne, il n’y a que trois vétérinaires à pratiquer ce tiers-payant, grâce à l’association Vétérinaire pour tous.

Madeleine Delcourt (à gauche), opérant dans sa clinique vétérinaire à Meslay-du-Maine
Madeleine Delcourt (à gauche), opérant dans sa clinique vétérinaire à Meslay-du-Maine – Instagram de Madeleine Delcourt

Madeleine Delcourt est une passionnée des animaux, elle exerce à la clinique du Fresnes à Meslay-du-Maine depuis 18 ans et pour elle : “Tous les animaux méritent d’être soignés même si les gens ont moins de sous“. Elle a donc adhéré à l’association Vétérinaire pour tous, un dispositif qui permet aux personnes précaires de ne payer qu’un tiers des frais vétérinaires.

Complètement dévouée au bien-être des animaux, Madeleine Delcourt a équipé son domicile à Laval pour faire des consultations en urgence ou par facilité, pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer dans son cabinet à Meslay-du-Maine.

Payer 63 euros, contre 190 euros normalement

Quand l’association Vétérinaire pour tous a lancé le dispositif en 2021, Madelaine Delcourt n’a pas hésité un instant : “Je n’aime pas ne pas soigner sous prétexte que les gens n’ont pas assez d’argent ou que ça les met en difficultés financières. Quand le dispositif de l’association Vétérinaire pour tous a été créé, ce n’était même pas imaginable pour moi de ne pas en faire partie.”

Par “difficultés financières“, Madeleine Delcourt entend les personnes allocataires du RSA, de l’AAH, de l’ASPA, du minimum vieillesse, ainsi que les étudiants boursiers, les apprentis et les alternants. “Ces gens-là ne payent qu’un tiers des frais vétérinaires. Un tiers est pris en charge par l’association, un tiers est abandonné par le vétérinaire et le dernier tiers est à la charge du propriétaire de l’animal”, précise-t-elle. Pour les SDF ainsi que les réfugiés ukrainiens, les soins pour leurs animaux sont gratuits.

Prenons l’exemple d’un cas concret : si vous adoptez un chaton non-vacciné, non-identifié et non-stérilisé, les frais vétérinaires pour la première année s’élèvent facilement à 190 euros, mais si vous êtes éligible au dispositif Vétérinaire pour tous, vous ne paierez qu’un tiers, soit 63 euros.

Katoun, un chaton pris en charge à moindre frais par la vétérinaire Madeleine Delcourt
Katoun, un chaton pris en charge à moindre frais par la vétérinaire Madeleine Delcourt © Radio France – Océane Zitouni

“Il faut que plus de vétérinaires adhèrent à l’association !”

Le frein, c’est le nombre de vétérinaires qui adhèrent à l’association”, déplore Madeleine Delcourt. En Mayenne, seuls trois vétérinaires sont membres de Vétérinaire pour tous. “Ce n’est pas très compliqué niveau administratif, il faut envoyer trois mails, signer deux papiers et c’est fini. Et puis, c’est tellement bénéfique pour les gens et valorisant pour nous. Il faut que plus de vétérinaires adhèrent à l’association !“, s’exclame-t-elle.

Concernant l’aspect financier, le vétérinaire abandonne tout de même un tiers de ses honoraires mais ça ne change pas grand-chose à la réalité du métier, assure Madeleine Delcourt. “De nombreux collègues font déjà des réductions de tarifs officieusement, mais avec l’association Vétérinaire pour tous, ils sont certains de percevoir 66% du prix de l’intervention, ce n’est donc pas vraiment l’aspect financier qui doit décourager les vétérinaires.”

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *