La cagnotte en soutien au policier clôturée à 1,6 million d’euros : la famille de Nahel porte plainte

Un dénommé Jean Messiha a lancé une cagnotte pour venir en aide à la famille du policier, qui a tiré sur Nahel. La famille de l’adolescent a porté plainte.

Un dénommé Jean Messiha a lancé une cagnotte pour venir en aide à la famille du policier, qui a tiré sur Nahel. La famille de l’adolescent a porté plainte.

C’est un décès qui a chamboulé la France. Le 27 juin dernier, Nahel, 17 ans, est décédé après le tir d’un policier alors qu’il tentait d’échapper à un contrôle en voiture. Depuis, de nombreuses émeutes ont lieu un peu partout en France. Une nouvelle polémique a également suivi la mort du jeune homme, à savoir la création d’une cagnotte pour venir en aide au policier responsable de ce terrible acte.

Une cagnotte polémique

C’est une nouvelle polémique qui entoure le décès de Nahel. Alors qu’une personne a créé une cagnotte pour venir en aide à la mère de l’adolescent pour ses funérailles, un dénommé Jean Messiha, a, lui aussi, décidé de mettre en place une cagnotte, mais pour aider la famille du policier. Au total, plus d’un million d’euros récolté pour le coupable tandis que celle de la victime monte autour dès 150 000 €.

Une cagnotte, désormais clôturée, qui a fait scandale sur les réseaux sociaux. Ce mardi 4 juillet, la famille de Nahel a d’ailleurs annoncé porter plainte contre Jean Messiha, son créateur, pour escroquerie en bande organisée, détournement de la finalité d’un traitement de données à caractère personnel et recel de ces deux chefs d’accusation. Comme le rapporte Le Parisien, ils reprochent d’ailleurs à l’homme d’avoir donné “des antécédents judiciaires afin de révéler des informations pour criminaliser Nahel”. La mère Nahel porte donc plainte “contre toute personne que l’enquête permettra d’identifier comme étant celui ayant consulté le fichier du traitement des antécédents judiciaires de Nahel pour révéler les informations y figurant et contre Jean Messiha pour recel de détournement de ce fichier”.

Le dernier passager interrogé

Une semaine après le drame, le dernier passager du véhicule présent lors des faits a été interrogé. Le jeune homme à raconter les derniers instants et paroles de son ami, Nahel. Selon ses propos, l’adolescent aurait pris “environ trois coups, et aurait tenté de se protéger la tête”.

Le pied de Nahel aurait alors lâché le frein de la voiture, “surement par panique, en essayant de se protéger”. “La voiture a avancé toute seule. C’était une automatique. Et le policier a dit à son collègue de tirer. Et le coup est parti” Les derniers mots de défunt aurait été : ‘C’est un fou, il a tiré.”

Source utilisée :

Le Parisien

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *