PORTRAIT – Mathieu vit dans un château qu’il sort des ruines, en Normandie

Depuis l’été 2022, Mathieu vit dans un château qu’il a acheté et qu’il sort des ruines. “Un rêve de petit garçon” que ce tailleur de pierre partage avec sa famille, en Normandie.

Ils ont acheté le château Notre-Dame des courants d’air ?” Quand Mathieu Sapowicz annonce à ses proches qu’il va acheter le château en ruine d’Houlbec-près-le-Gros-Theil, en Normandie, ses proches sont soit inquiets, soit un peu taquins. Deux ans plus tard, MathieuSerafina et leurs deux enfants ont rénové 160 mètres carrés et vivent dans un cadre de vie exceptionnel : un château du XVe siècle implanté au milieu de six hectares de terrain, au cœur des pâturages.

On a un lien direct avec l’histoire, le patrimoine et la manualité.”

Au pied de son château, Mathieu travaille en plein air. Au bout de la grande allée qui mène à la bâtisse, à côté de l’imposant séquoia et de la mare aux sept chênes, il a installé son atelier où il taille une bouche du four à pain. Une fois terminée, cette pierre ira trôner dans la monumentale cheminée du château, pour remplacer une pierre abîmée. Ce quotidien, c’est la vie que Mathieu mène depuis bientôt deux ans. Œuvrer à la sauvegarde du patrimoine, par son métier, “c’est quelque chose qui va de soi” : Mathieu est tailleur de pierre.

Le château d'Houlbec-près-le-Gros-Theil
Le château d’Houlbec-près-le-Gros-Theil © Radio France – Pierre Convers

De la vie citadine à la vie de château

Alors qu’ils habitent une maison de quartier à Rouen, la famille ne pense “absolument pas à acheter et encore moins quelque chose de ce genre-là“. Cette rencontre avec le château est “le fruit du hasard“, selon Mathieu, qui avait toujours rêvé d’acheter de l’ancien pour le rénover. Tout commence avec la blague d’un ami qui leur envoie une annonce de château à vendre. Une plaisanterie qui s’est rapidement transformée… en contrat de vente, après des négociations. Le château est pourtant inhabitable. Sa sortie des ruines a été amorcée par les précédents propriétaires.

Lors de l’achat, l’eau et l’électricité arrivaient tout juste dans la cave.

Après un an et demi de restauration sur son temps libre, principalement le week-end, la famille pose définitivement ses valises au château, le 27 août 2022. Le planning est serré : le réseau d’eau est raccordé seulement deux jours avant l’emménagement.

Un château en ruines : “Il a fallu tout faire”

Pour rendre le logis habitable, “il a fallu tout faire“. Assainissementréseau électriqueréseau d’eaumaçonnerietaille de pierrecharpentes et finitions : le couple fait appel à des amis, à la famille ou encore à des petites mains très utiles. “On n’avait pas peur de se remonter les manches.” Le choix est fait de restaurer les 160 mètres carrés du rez-de-chaussée avec une grande pièce à vivre, des chambres et une salle de bain. Parmi ses amis venus donner un coup de main, beaucoup sont tailleurs de pierre, comme Mathieu.

Les deux tours sont classées, mais pas le logis […] Ce genre d’édifice clé en main, c’est complètement hors de notre budget.”

Grâce à sa détermination et à ses compétences dans la construction, Mathieu croit en la réalisabilité de son projet, même s’il est colossal. Puisque les deux tours sont classées, il souhaite les restaurer “dans les règles de l’art“. Quant au logis, il mise sur des choix et des possibilités de rénovation “qui sont financièrement jouables“.

Deux tours, des douves : retrouver le charme d’antan

Si le château n’avait pas eu ses deux tours, Mathieu pense que sa famille ne l’aurait pas acheté. “Dans l’imaginaire collectif, un château ça a des tours, des douves et un pont-levis.” Les deux tours de la fin du XVe siècle et les 200 mètres carrés de cave ont été “le petit plus qui a fait la différence“. Le couple a même fait recreuser les douves pour redonner au monument “un peu de ce qu’il était avant“.

Pour le propriétaire, c’est “le rêve d’enfant qui s’est réalisé“. Mathieu aime découvrir l’histoire de son lieu de vie en permanence. Il s’est par exemple lancé avec son fils dans la recherche de la carrière** d’où proviennent la majorité des pierres qui ont servi à la construction. Il a aussi découvert une légende : un sous-terrain qui relierait son château à un autre situé à une quinzaine de kilomètres. Ce château, c’est probablement le projet de sa vie : il sait qu’il y œuvrera encore dans cinq, dix, quinze ou vingt ans, “à l’entretenir, le rebâtir, le rafistoler“.

Mathieu a fait recreuser les douves du château pour lui redonner peu de son charme d'antan - Radio France
Mathieu a fait recreuser les douves du château pour lui redonner peu de son charme d’antan – Radio France © Radio France – Pierre Convers

 

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *